Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 12:10

 Mardi 11 octobre

 

affiche-1

Nous sommes à Paris à la fin des années soixante dix (le film est daté, la reconstitution - ah, la mode - est parfaite, n'importe qui de l'âge de Stella à la même époque retrouve ses souvenirs, et encore plus si l'on vient d'un milieu populaire et ch'ti - Saint-Venant, pour ceusses qui connaiss'tent ! D'ailleurs, Stella, pourquoi ? L'étoile, la bière, la plage ?), dans un établissement scolaire à l'architecture classique. Stella, petite fille à l'allure réservée, y fait sa rentrée. Nous apprenons qu'elle est la seule de son collège à y être inscrite, en raison de son nom de famille en fin d'une liste. Et nous découvrons bientôt qu'elle est également la seule à venir d'un milieu populaire : ses parents sont cafetiers dans le 13è, alors que les élèves scolarisés dans ce collège viennent de milieux aisés. Ce qui ne l'empêchera pas, après une longue période de solitude, de se lier d'amitié avec Gladys, dont le père est psychanalyste et exilé argentin... Le choc est rude pour Stella, car elle comprend très vite que son univers et son mode de vie sont à des années-lumière de celui des autres élèves et qu'il lui manque les clés pour comprendre ce qu'on attend d'elle. Le déclic vient de son amitié toute neuve : Gladys respire la joie de vivre, aime la musique, tombe amoureuse, et aime passionnément lire. Stella s'y plonge, d'abord avec difficulté – la réaction de ses proches n'étant pas la moindre – et bientôt avec délices. Balzac, Duras, Cocteau sont aux premiers rendez-vous. La musique est conviée elle aussi : si la bande-son du film est omniprésente, jouant trop et trop fort les tubes de l'époque, Sheila, Eddy Mitchell, Gérard Lenorman y côtoient Lavilliers, que Gladys lui fait découvrir. Nous partageons la même émotion que Stella en réécoutant 15eround... Stella, tiraillée entre son univers et celui de l'école, aussi impitoyables l'un que l'autre, attrape ce qu'elle appelle sa chance. La prof d'histoire-géo, saluant sa progression tout au long de l'année, la complimente pour son esprit de synthèse. La petite fille ne connaît pas le sens du mot, mais c'est ce qu'elle incarne, avec cette chance saisie au vol. Dommage que la vision des classes sociales soit aussi stéréotypée : dans les milieux populaires, on boit, on fume, on se couche à pas d'heure, on se trompe, on violente, certainement en réponse à la violence de la vie et Stella subira aussi dans sa chair cette violence... Benjamin Biolay, père de la petite fille, est parfait en looser alcoolique et Guillaume Depardieu, mutique et écorché, nous rappelle combien il nous manque. Pas un chef d'oeuvre, mais un film attachant, optimiste ; d'ailleurs les élèves ne s'y sont pas trompés, applaudissant avec enthousiasme le générique

final...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

michel 11/10/2011 22:53


Voila bien résumé. A lire évidemmment. Bises M


11/10/2011 23:27



A voir, surtout !



Juke-box

Recherche

Archives