Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:32
Jeudi 14 mai

Bon anniversaire Hélène !

Je vous envoie un bouquet de fleurs, les filles et les vieilles (traduction : les jeunes et les autres, ici), qui vous (nous -je ne veux toujours pas blesser qui que ce soit-) ressemblent : la seule rose de mon jardin, à peine éclose ce matin, où perle encore à midi une goutte de rosée, à moins que ce ne soit une larme glissant sur les premiers pétales fanés, la rose de porcelaine, sensuelle, menaçante, et une plante cauliflore, ébouriffée, ébouriffante, hérissée, pas piquante, ne vous fiez pas aux apparences, c'est pour la frime, mais qui s'accroche aux branches ! Toutes rouges évidemment !
Et quelques mots d'amour...











Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 13:23
Mercredi 13 mai

Bon anniversaire Henriette !
Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 11:55

Mardi 12 mai

Toujours rien à se mettre sous la dent...

 Moi...










Eux.





Et les autres...
















Les photos sous-marines sont d'Audrey et Rudy.
Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 10:45
Mardi 12 mai

Rien à se mettre sous la dent, si ce n'est le boulot, bof, pas vraiment pas envie...
L'appareil photo témoin de nos exploits est mort noyé bêtement (tombé du ponton !), mais la carte mémoire est une rescapée et nous avons quelques preuves :


A suivre...

Les films sont d'Audrey et Rudy.
Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 12:57
Lundi 11 mai

Bons anniversaires Martine et Patricia !

Elections provinciales :
Province Sud : majorité RUMP, p... Deux  ans en métropole et 5 ans à venir ici !
Province Nord : majorité indépendantiste.
Iles Loyauté : majorité absolue indépendantiste (plusieurs partis), zéro loyaliste !
Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 11:23

Dimanche 10 mai


R.A.S. En attendant le résultat des élections, n'ayant pas la télé, une info de première importance : l'entrée dans la saison fraîche a enfin sonné le glas des moustiques ! On ne peut pas tout avoir !

Indifférent, mon bananier fait des feuilles, impertubable, et ce malgré le bunchy top, maladie causée par le minuscule puceron que l'on peut voir à droite, le point noir... Il ne produit alors que de petites bananes ou meurt.

Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 11:23
Samedi 9 mai

En cette veille d'élections provinciales (pas moins de 13 listes, une liste d'électeurs "spéciale",  à savoir  ceux vivant sur le territoire avant 1998), repos : c'est fatiguant d'avoir une vie palpitante chaque jour !

Le matin, face à face avec un molosse blanc dont le maître, chemise hawaïenne et amateur de ukulélé frénétique, me certifie n'avoir rien à craindre : "Ce n 'est pas un pitbull, c'est un boxer...albinos"...
L'après-midi, partie hier à la découverte de la seule  plage de sable blanc du Sud et donc de Yaté, je me suis retrouvée au milieu d'un film futuriste : le site lunaire, si ce n'est la couleur, plutôt martienne, de Vale Inco, au bout d'une piste rouge poussièreuse, parcourus d'énormes engins en tous genres et traversant une vraie ville,  à la façon des villes de l'Ouest.  Casernes de pompiers, de gendarmerie, OPT, alignement de logements préfabriqués, containers recyclés, et le site proprement dit, des cuves gignatestesques, des enfilades de métal. Et dans le lointain, la baie, et la fameuse réserve... . La seule façon de sortir de là : s'engager sur une piste rouge, descente impressionnante -la Kia n'en sortira pas vivante- ou faire demi-tour ! Il est tard, je deviens raisonnable, en me promettant de revenir faire quelques photos lorsqu'il y aura moins de circulation. Sachant que nous sommes le 8 mai, que le site est théoriquement fermé pour fuite...  Je vois au retour le croisement raté  à l'aller; "Port boisé" , abrité derrière un bouquet de pins...
Je suis bien allée au restau et au ciné, mais j'entends déjà certaine personne se gausser de ma vie passionnante...
Alors, quelques photos de Nouméa, dont une maison de style traditionnel, et mon café préféré, où sert Bernadette (mais pas comme pizzaïolo) cousine de Jean-Marie, plus grand kéké du collège, que j'ai rencontré là par hasard un mercredi matin... Une vie palpitante, je vous dis...













Ca a une autre gueule, comme ça, une Twingo personnalisée avec des geckos. A bon entendeur...
Repost 0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 11:28
Mercredi 6 mai

Je ne connais toujours pas l'identité du donneur de citrons, il me reste une pomme-liane.



Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 14:24
Samedi 2 mai

Au classement  féminin du mini raid (taille enfant, d'ailleurs j'ai hérité d'un tee-shirt 16 ans), je m'en tire pas si mal pour une course  lente ou une marche rapide :  10 devant, 40 derrière,  essentiellement des adultes mais plus jeunes que moi ! Ouf !

La route, ou l'absence de route, est la même qu' à l'arrivée alors que nous descendons cette fois par la côte ouest : poussière ocre, sous-couche de graviers, nids-de-poule, passage de gué, auquels s 'ajoutent une succession de ponts dont il faut parfois négocier le virage d'entrée ! J'envisage sérieusement d'échanger la Kia contre un 4x4 : j'avoue m'être toujours imaginée au volant d'un Land Rover, genre Defender, comme dans les pubs Marlboro ou Hollywood chewing-gum ! A droite des cascades, à gauche la mer, paisible, dont la surface est à peine troublée par les tâches noires de rochers qui affleurent, comme jetés là par un peintre négligent. Nous traversons les territoires des tribus dont je découvre enfin les images présentes sur toutes les brochures touristiques : cases traditionnelles, jardins et champs de tarots aussi beaux que bons (enfin  pour ceux qui aiment  ou habitués tout petits), cahutes qui proposent sculptures, coquillages, sirops ou mandarines contre  des pièces laissées en toute confiance sur le comptoir.
Pour rejoindre Hienghène, nous devons traverser la Ouaième, en bac !... Incroyable, le seul du territoire et selon Valentine, celui qui permettait de passer la Yaté avant qu'un pont ne soit jété entre les deux rives ! Ce qui n'est pas pour me rassurer ! 6 voitures sur le pont, 4 autorisées, 2 moteurs latéraux de tailles différentes, je me demande pourquoi nous ne traversons pas en crabe,10 minutes pour les manoeuvres et la traversée,  et  la cabine du Capitaine !


Quelques centaines de kilomètres plus tard, les pins colonaires qui protègent la route laissent enfin entrevoir Hienghène et sa célèbre poule, dont la ressemblance et la beauté du site ne sont pas usurpées !






Le Sphinx et la Poule ferment la baie. Je vous épargne la photo où posent deux poules.

Encore quelques centaines kilomètres plus tard, le jerrycan finit dans le réservoir de la Kia : pas une station ouverte, ni carburant,ni café.  Notre convoi finit disloqué pour cause de sommeil intempestif. Inutile de compter sur le soutien moral de mon co-pilote dont je me demande comment il peut dormir dans ce chaos !  On dirait moi !
Nous nous retrouvons au MacDo de Koutio, où se trouve d'ailleurs Graulhette (à Koutio, j'entends). Pas de MacDo pour moi.
 950 km, plus 8 de raid... Bonne nuit les pioupious.



Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 09:46

Samedi 2 mai

Tous les coqs de la tribu de Tchambouene et de la Province Nord réunis semblent s'être passés le mot et se répondent dès 4h du matin pour nous sortir du lit. Lever à 5h ; après celle de l'herbe hier soir, l'odeur du feu de bois
se mêle à celle des eucalyptus.


Douche froide, petit déjeuner basique, préparatifs, échauffement : le départ du grand raid auquel participe mon collègue est donné  à 7h30. Le RIMAP, les volontaires du Pacifique, toujours eux, ont débarqué en force : un autobus complet !


Le parcours est anormalement court, ce qui est mauvais signe ! La distance est inversement proportionnelle à la dificulté. Elle est habituellement de 18 km, aujourd'hui seulement 14 ! Dénivellé : 1100 m., et au vu du parcours, la descente est vertigineuse. Je me suis inscrite au mini raid, avec  les gamins : 8 km, avec là aussi un dénivellé plus important que la norme, 500 m. C'est un test Dugenou, celui-ci étant encore douloureux, et je n'ai pratiquement pas couru depuis un mois. Je joue les prochains raids, notamment le suivant en équipe, où je voudrais emmener une élève de 3è . Je vais donc le courir en marchant ! Le départ à 8h est rapide, mais les troupes mollissent dès l'amorce de la première montée.
Je prends de l'avance, de toute façon, ça va doubler  à droite et  à gauche dès l'arrivée au PC ! Il faut que je me fasse une raison !
La première sortie de montée découvre le lagon : impassible, il étale ses tonalités de gris, reflets du ciel nuageux ce matin. En contrebas, dans la vallée, les fumées des cases s'élèvent en colonnes par dessus la tête des arbres. A partir de ce moment, nous aurons pratiquement toujours vu sur l'océan, dont les couleurs changent avec le jour qui monte. Une énorme araignée sur sa toile semble être la gardienne de la porte symbolique qui nous emmène vers  une forêt de niaoulis dont j'identifie maintenant  l'odeur, sèche, boisée. J'ai perdu de vue depuis longtemps Yannick qui joue lui aussi sa prochaine participation. Le sermon de frère Yassine a porté ses fruits et me savoir derrière lui le dissuade certainement de cueillir des framboises ou de se baigner dans la rivière ! Quant à moi, j'en profite pour admirer ce que je pense être mes premières orchidées : étonnamment hautes sur tiges, la forme de leurs feuilles tâchetées et les fleurs roses et blanches caractéristiques ne permettent guère de se tromper. Des sifflements m'accueillent au sommet : non, ce ne sont pas des marmottes, mais les signaleurs ! Le PC, le seul, est en vue, les 5 premiers km sont avalés et les choses sérieuses commencent. L"organisateur n'a pas menti, la descente est technique, le sentier fraîchement ouvert est pentu et le flanc de colline se déroule à droite : pas d'à pic, mais pas envie de rouler dans les arbustes ! Tout au long, il sera impossible de quitter un instant le sentier des yeux en descente : jonché de branchages abattus la veille, d'herbe étalée sur le sol, pas moyen de deviner ce qui se cache dessous ! S'ajoute une saleté de plante rampante qui s'enroule autour des chevilles comme un collet ! Un concurrent se fait une double entorse en passant  le pied dans un trou et la 2ème féminine du grand raid termine malgré le bras droit cassé, et une petite sur le mini se fracture le tibia !  La dernière montée se fait  à travers les agaves. Certaines portent des hampes fleuries si lourdes qu'elles se couchent en travers du chemin. Des feuilles  tranchées à vif glissent sous les semelles et je double un participant dont la sienne droite baille, l'obligeant  à faire des pas de géants épuisants. Nous faisons un petit bout de chemin ensemble, au cours duquel il m"explique  que l'agave séché sert à fabriquer le sisal, et au-delà, les tuyaux des pompiers ! Derniers mètres sur le ventre, avant d'attaquer les prochains sur le dos ! C'est autorisé, et même recommandé lors du briefing de départ ! Rivière bordée de cocotiers, savane, bosquet de bambous, les derniers signaleurs annoncent l'arrivée : en effet, nous retrouvons une bonne vieille route goudronnée qui traverse des cases typiques du Nord, précédées de jardins coquets. Sprint sous les applaudissements nourris et enthousiastes (si) de la foule et je passe l'arrivée alors que la dentiste du Mont-Dore, encore 1ère féminine, passe celle du grand raid en 2h30 !














 Les gamins sont arrivés depuis longtemps et se prélassent sur la natte, en compagnie de Valentine et Pierre, qui nous ont rejoint ce matin.

Enfin Yassine passe la ligne, mais il n'est pas au bout de ses peines : il a pris le départ  sans son dossard, et après avoir forcé le passage aux barrages des PC qui se passent les infos par radio, il doit retrouver  le fameux numéro pour être classé ! Et bien sûr, pendant ce temps, le chrono continue de tourner !

Le repas s'avère encore riche en découvertes et en épreuves pour moi : après avoir avalé une (succulente) brochette  (de boeuf), ofterte par Valentine, que je ne peux refuser, j'ingurgite un morceau de tubercule de manioc,  à la couleur orangée ( c'est meilleur, de mon point de vue, que l'igname et le tarot) accompagné de riz blanc et de picot grillé mais surtout des trocas en salade. Les trocas sont des coquillages très appréciés ici et cette réputation est méritée : c'est vraiment très fin. Après la coutume de remerciement, nous attendons les résultats avec un grand bol de Nescafé. La sono chante les louanges de Jésus-Christ de Nazareth sur un air de souk : la musique caraïbe vaut bien toutes les guerres saintes pour convertir les mécréants, au vu des trémoussements de certains ! La (bonne) surprise ne vient pas des militaires qui se signalent plus par leurs tatouages que leur classement, exception faite du vainqueur du mini-raid (le même qu'à Kaala-Gomen) mais des jeunes de la tribu. C'est expédié et efficace, pas de tombola, nous plions tentes et bagages et prenons la route. Je ne suis pas au bout des surprises... 


Cueillette de coco pour le repas de midi.

 

A suivre...

 

 

 

Repost 0

Juke-box

Recherche

Archives